Etant sur Paris le week-end dernier nous en avons proifité pour admirer les 260 voitures exposées place de la concorde.

 

20180930_110851

20180930_110927Brigitte L doit connaître le propriétaire de cette voiture.

20180930_111028La police Parisienne. Toujours autant de succès.

20180930_111046

20180930_111300

La nouvelle S800 affiche les attributs sportifs en usage à l'époque : silhouette compacte et fluide, bossage de capot, sièges baquets, volant bois à trois branches, petits cadrans ronds très lisibles... de plus elle était légère avec ses 720 à 780 kg selon les modèles. Agile dans sa conduite, cependant l'amortissement était dur et la direction peu précise.

Le moteur était un quatre cylindres de 791 cm3 développant 78 ch DIN. Élaboré à partir des technologies motos, il frisait les 10 000 tr/min avec une zone rouge à 8 500 tr/min. Grâce à ses 4 carburateurs Keihin, on obtenait une puissance proche des 100 ch par litre. Ce moteur sportif avait un rendement exceptionnel qui finalement offrait des performances similaires à celles d'un moteur de 1300-1500 cm3. Le conducteur avait en main un moteur rageur ne demandant qu'à monter dans les tours sans affoler les soupapes et qui permettait des accélérations franches avec une sonorité digne d'une monoplace.

20180930_111512Fernand Picard étant un fervent partisan du tout à l’arrière, a eu l’idée de reprendre l’architecture imaginée pour le projet de la Dauphine compacte réalisé en 1957 en adaptant le concept au gabarit d’une berline spacieuse de gamme moyenne. Ainsi naît en 1959 l’étude de la Renault 900. Cette voiture très intéressante proposait un avant de type monocorps mais la présenter toutefois aujourd'hui comme un genre de précurseur de l’Espace serait vraiment abusif, car le concept est fort différent ....

Suite aux diverses motorisations envisagées et a leur implantation les problèmes consécutifs a ces choix vont entrainer des solutions radicalement différentes qui auront pour conséquences de voir trois variantes successives de la Renault 900. Le premier prototype de la 900 est réalisé en Italie à Turin par le célèbre carrossier Ghia. Une seconde version sera réalisée dans ses ateliers par le designer français André Daniel. Pour finir, une troisième variante de carrosserie sera réalisée en interne sur un dessin de Robert Barthaud, toutes les trois très différentes ....


R900-04.jpg


Cette carrosserie de la Renault 900 réalisée d’après le dessin de Robert Barthaud est dotée d’un arrière assez insolite de type fastback qui en fait un monocorps à la ligne très moderne et vraiment très étonnante. En effet en regardant la voiture de trois quart arrière on a l'impression de voir une voiture avec le moteur à l'avant sous un long capot et l'habitacle à l'arrière alors qu'il s'agit en fait de l'inverse. Quel look, on pourrait presque avoir du mal à différencier l'avant de l'arrière. La Renault 900 ressemble un peu à un mini bus, avec son habitacle très vaste et très avancé ...


Construite sur une plateforme spécifique, la Renault 900 ne dépasse pas les 4,30 mètres de longueur. L’accès du conducteur à son siège est amélioré par une colonne de direction articulée, qui fait pivoter le volant en ouvrant la porte. Un système complexe, dont l’étude a été réalisée par André Daniel. Équipée de portes autoclaves à l’avant, la 900 reçoit une carrosserie en aluminium collé qui lui autorise un poids plume de 1000 kilos. Basse et profilée, elle bénéficie également d’un Cx très favorable pour l’époque ce qui ne parait pas évident vu le look général de l'engin ....


La Renault 900 sera longuement testé en tournant sur la piste du centre d’essais de Lardy. Mais comme la Dauphine compacte, elle est handicapée par le sentiment d’insécurité qui saisit les occupants des places avant, qui sont situés directement au-dessus du porte-à-faux. Trop audacieuse pour son époque, la 900 restera sans suite car il est vrai que ses concepteurs étaient fort éloignés de l’idée de passer à la construction en série. Mais l’idée est encore trop avant-gardiste, et finalement une alternative sera proposée plus tard par Renault avec le microbus Estafette ....


La Renault 900 connaît successivement deux types d’implantations du groupe motopropulseur. Comme sur la 4 CV et la Dauphine, celui-ci est d’abord installé en porte-à-faux arrière. L‘inconvénient de cette disposition tient à la mauvaise accessibilité du coffre à bagages placé derrière la banquette arrière, au-dessus de la boîte de vitesses. Les valises doivent être glissées par l’intérieur de la voiture, en basculant la banquette. Ce défaut sera corrigé sur le second prototype par le renversement du moteur qui prend alors place en avant de l’essieu arrière, derrière la banquette. Si le coffre à bagages, situé en porte-à-faux, est alors largement ouvert, on ne peut en dire autant du moteur qui reste dramatiquement confiné ....


En ce qui concerne le refroidissement de la mécanique de la Renault 900, son radiateur est très inhabituellement situé sur le côté gauche du moteur et son ventilateur se trouve curieusement entraîné par la même courroie que celle de la pompe à eau. Ces dispositions pour le moins peu courantes vont cruellement manquer d'efficacité pour la ventilation. Au final, manquant de mise au point, cette mécanique, à laquelle le sorcier maison Amédée Gordini apporte pourtant son concours et dont deux exemplaires sont construits, est handicapée par tous ces problèmes de refroidissement et par une trop mauvaise tenue à bas régime ....


Pour ce qui est de la mécanique de cette Renault 900, les ingénieurs de la firme qui ont conçu la voiture ont vraiment innové car le compartiment moteur abrite un tout nouveau V8 à 90° réalisé par l’accouplement de deux moteurs de Dauphine d’où sa cylindrée de 1,7 litre. Le bloc entièrement en aluminium et le vilebrequin constituent naturellement des pièces spécifiques, tandis que les collecteurs d’admission et aussi d’échappement sont placés au centre du V. Alimenté par un carburateur double corps de marque Weber ou Solex, le V8 développe environ 80 chevaux à 5500 t/mn ce qui permet à la voiture d'atteindre environ les 150 km/h en vitesse de pointe ....


Caractéristiques techniques :

  • Énergie : Essence
  • Moteur : V8 à 90° Gordini
  • Disposition : Porte à faux arrière
  • Cylindrée : 1.7 litres
  • Alimentation : Carburateur double corps Weber ou Solex
  • Puissance : 80 ch à 5500 tr/min
  • Transmission : Propulsion
  • Boîte de vitesses : 4 vitesses manuelle

20180930_111458Sacré moteur qui semble avoir chauffé d'après le vase d'expension ouvert et les éclaboussures.

20180930_111813

20180930_111922

20180930_111956Une honda peu courante.

20180930_112206

20180930_112232

20180930_112305Une belle alfa roméo

20180930_112318

20180930_112334

20180930_112431Une VW.

20180930_112543Une mustang rose ????

20180930_112618

20180930_112724

20180930_112807

20180930_112826Pratiquement toute la gamme Renault était exposée. Par contre je n'ai pas vu des R15 et des R17.

20180930_112847

20180930_112859

20180930_112920

20180930_112933

20180930_112951

20180930_113009

20180930_113022

20180930_113054

20180930_113121

20180930_113208

20180930_113226

20180930_113303Je n'ai pas vu d'autres Porsche, curieux, non !

20180930_113314

20180930_113330

20180930_113506

20180930_113530

20180930_113555

20180930_113703

20180930_113735La presse Italienne devant une Ferrari bien entendu.

20180930_113800

20180930_113959

20180930_114027L'étoile filante.

20180930_114059

20180930_114125Le fiston astique la voiture de papa.

20180930_114158Voiture électrique de 1899.

20180930_114522

20180930_114527

20180930_115203Eblouissant !

20180930_115231

20180930_115253

20180930_115545

20180930_115713

20180930_115827

20180930_120650Baptiste et Juliette sur le camion de pompiers Renault.

20180930_120955

20180930_121409

20180930_121426

20180930_133820

20180930_133952

20180930_134806

20180930_135314Superbe traction avant coupé.

20180930_134744

20180930_134803

20180930_134806

20180930_134816Pas top la roue de secours sur le toit.

20180930_134106

20180930_134117

Didier.

Extrait du site "sortir à Paris"

Les amoureux et passionnés d'automobiles ont rendez-vous du 4 au 14 octobre 2018 du côté de la Porte de Versailles pour la nouvelle édition du Mondial de l'auto. Rebaptisé le Paris Motor Show, le salon, qui se tient à Paris tous les deux ans, célébrera cette année ses 120 ans.

A cette occasion, l'évènement s’exportera provisoirement sur la Place de la Concorde et du côté des Champs-Élysées le temps d’une parade de véhicules historiques à ne pas manquer le dimanche 30 septembre 2018.

Objectif de cette parade ? Redécouvrir les modèles phares qui ont fait la réputation du Mondial de l'Auto, mais aussi « montrer que la voiture a toujours su s'adapter à son époque, voire même qu'elle est un laboratoire des évolutions technologiques et écologiques » explique l'organisation.

Le rendez-vous sera donné dès 10h sur la Place de la Concorde. Les parisiens pourront ainsi y admirer 230 véhicules historiques, soigneusement sélectionnés par l'association Vincennes en anciennes, organisateur des Traversées de Paris. Il y aura également des véhicules prêtés par des constructeurs, des clubs de marques disparues et des musées. Lors de cette matinée, le public pourra d'ailleurs échanger avec les collectionneurs.

A partir de 13h, les 230 véhicules partiront de la place de la Concorde pour entamer leur parade, en passant par les lieux les plus emblématiques de la capitale, comme la place des Invalides, le quai Branly ou encore les Champs-Elysées.

Cerise sur le gâteau, le public pourra même voter et élire le lauréat du concours « 120 ans de passion ».

Nul doute que cette parade rassemblera beaucoup de curieux, de collectionneurs et d'amoureux de belles voitures !

20180930_134709